Chantiers Bonnin

Les BONNIN sont présents à Lormont (près Bordeaux) depuis le XVIIe siècle comme tonneliers, menuisiers et charpentiers. 
Les premiers charpentiers de marine apparaissent à la fin du XVIIIe siècle et travaillent sur les grands chantiers - Quai Chaigneau.

 

 

En 1863, le "grand-père" Jean sort breveté de l'école nationale des charpentiers de marine de Rochefort et fonde le premier chantier : Quai Chaigneau à Lormont. Ce chantier comporte un hangar à sec, une jalle (estey) pour l'échouage des bateaux fluviaux en réparation et un quai vertical en rondins avec tins pour l'échouage et l'entretien des grands navires (morutiers, bricks de la ligne des Antilles).
Le passage à la plaisance est peu à peu poussé par une clientèle fortunée et amené par les architectes SAHUQUE et PICAMILH : l'affaire se spécialise alors dans le bateau de plaisance.

 

Le "grand-père" Georges fait son apprentissage sur le chantier paternel. Il part effectuer son service militaire en tant que charpentier de marine : il en revient diplômé et parlant le norvégien et l'anglais. Puis il fonde son propre chantier "les charpentiers réunis" avec quatre amis. Peu à peu les associés se séparent et Georges reste seul maître à bord. Le chantier ferme en 1914. Les fils partis à la guerre, Georges prend sa retraite à Cap-Breton au bord de l'eau bien sûr.  
 

De 1863 à 1914, le chantier connaît une grande réussite travaillant pour les plus grands architectes SAHUQUE, PICAMILH, GUEDON, FIFE, ERESCHOFF et de prestigieux clients Alphonse XVIII, ROTSCHILD, Duc d'ALBE, Duc de CASE, EXSHAW, Virginie HERIOT, Marquis de MONTAIGU.

 

 

 

En 1918, mon grand-père Louis est de retour de la guerre : plusieurs blessures sévères, quatre citations, croix de guerre et légion d'honneur. Mais le chantier est en ruine, pillé. Son petit frère, Jean est dessinateur au chantier du Sud Ouest.

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1919, Louis rouvre le chantier qui repart fort. Jean est alors embauché. 
Louis avec l'aide de GUEDON fait un tabac : il va superviser la construction de plusieurs bateaux construits par CARASCO à Bilbao : un 8m J.I., un 10m, un 6m. Il prend la direction du chantier DESPUJOLS qui construit des goélettes sur la plage du petit port à Arcachon. Il y rencontre Georges LASSAU qui travaille chez LATECOERE (flotteurs d'hydravion) lequel restera contremaître du chantier jusqu'en 1970 et sera mon maître d'apprentissage.

 

Recommander
  • gplus
  • pinterest