01/01/1970

L’histoire du cotre bermudien Outlaw construit en bois lamellé commence en 1963 à Cowes le berceau du yachting britannique. « Outlaw a été construit au chantier Souters, sur l’île de Wight, sur des plans de John Illingworth, pour le compte du fils d’un Lord, Max Aitken, qui était très actif dans le milieu de la voile et la compétition à bord de bateaux offshore, raconte Mike Horsley. Il ne l’a gardé qu’un an car si le bateau a marqué son époque en termes de design, de jeunes architectes ont rapidement sorti des bateaux ultra légers, qui l’ont vite rendu démodé ». Flagship de l’équipe britannique sur l’Admiral’s Cup en 1963 – la compétition, qui durait une semaine opposait plusieurs pays qui alignaient chacun quatre navires sur la régate, Outlaw, qui se classe 6e, remporte toutefois la prestigieuse manifestation vélique avec son équipe. Le bateau continue de régater en Angleterre pendant les trois années suivantes et signe de bons résultats, notamment sur la Harwich – Copenhaguen qu’il remporte en 1966, et effectue deux transatlantiques dans les années 1970. « Outlaw a ensuite connu cinq propriétaires différents, tous britanniques. C’est un bateau qui est très connu en Angleterre mais également dans le Nord de la France, car il a beaucoup régaté en Manche, notamment sur la Cowes-Dinard », souligne Mike Horsley, qui en a fait l’acquisition en 1983. « Au départ, je voulais acheter un yawl Sparkman and Stephens mais ces bateaux coûtaient déjà très cher à l’époque, poursuit-il. J’ai finalement acheté Outlaw en assez piteux état ». À l’abandon après avoir passé cinq ans hors de l’eau, le bateau a entièrement été restauré par Mike Horsley à Cowes. « À l’époque, j’habitais en Angleterre. Je l’ai retapé pendant un an et demi. Il a fallu refaire le roof et plusieurs autres éléments qui avaient été endommagés par le gel, ajoute-il. J’ai fait ma première sortie entre Cowes et Cherbourg en 1985 ». 32 ans après, Mike Horsley ne regrette pas son choix. « C’est un bateau que l’on remarque sur le plan d’eau. Il a beaucoup de subtilités niveau design », indique-t-il.


La seconde vie d’Outlaw

Après avoir fait de nombreuses croisières en famille pendant cinq ans à bord d’Outlaw, Mike Horsley débarque à Antibes et permet au cotre bermudien de renouer avec sa vocation première, la régate. « J’ai déménagé à Antibes fin 1989 pour rejoindre mon père, qui avait monté une société de brokerage pour les yachts. J’ai participé avec Outlaw à la première Nioulargue en 1990 », se rappelle-t-il. Depuis, le bateau, qui a célébré l’an dernier sa 25e participation à la manifestation tropézienne rebaptisée entre-temps « Les Voiles de Saint-Tropez », ne cesse de régater avec un équipage composé d’amis résidants pour la plupart dans la région. Basé à l’année à Cannes, Outlaw, vainqueur en 2000 du Prada Challenge for Classic Yachts et du Panerai Classic Yacht Challenge en 2005, sera amarré tout l’été à Antibes. De quoi permettre à son propriétaire d’en profiter pleinement.

 

Longueur hors-tout : 14,85 m 
Longueur de la coque : 14,85 m
Longueur à la flottaison : 12,35  m 
Largeur maximale : m
Tirant d'eau maximal : 2,5 m
Déplacement : 14,7 t 
Surface maxi de voilure : 92 m² au près 
Recommander
  • gplus
  • pinterest